* SHOP *

Toujours dans le but de lever des fonds pour l’association, les articles suivants sont à la vente: de l’artisanat haïtien, des sacs Permayiti, le Pikliz d’Aline et des « protein shakes » de Shake Sisters.

  • Commande: par email (info@permayiti.com) en mentionnant le nom de l’article
  • Paiement: par versement sur le compte de l’association ou via PayPal (ou en main propre). Pas de remboursement ou de retour possible.
  • Livraison: par poste (ou en main propre) après versement

Les articles haïtiens viennent d’une galerie d’art de Port-au-Prince et sont des pièces uniques:

1347891026511121314151617


Les sacs Permayiti ont été imprimés par YB Design à Lausanne. Le coton est bio et issu du commerce équitable.

Prix: 20 CHF

30742977_1964687486897522_216200467472973824_n


Le Pikliz (spécialité haïtienne) a été concocté par Aline De Meo et stérilisé après la mise en bocal (été 2018). 

Prix: 12 CHF

IMG_7579
Le fameux Pikliz d’Aline – Repas de soutien nov. 2017

Ce « protein shake » de Shake Sisters au bon goût de baies est bourré de légumes contenant des propriétés antioxydantes, anti-cancéreuses et détoxifiantes. Il donne de l’énergie et favorise la perte de poids. Ils ont été rempli avec tout ce dont vous avez besoin pour passer au mieux votre journée. La forme en poudre est conçue pour se mélanger à l’eau (ou à des jus de fruits) afin que vous puissiez la boire où que vous alliez. N’oublier pas de le secouer!

Prix: 20 CHF les 300 gr.

Ingrédients: protéines de chanvre, protéines de pois, spiruline, herbe de blé, chlorella, luzerne, chou frisé, feuilles d’ortie, feuilles de pissenlit, algues et enzymes digestives; lipase, amylase, protéase:

  • Les graines de chanvre constituent l’une des meilleures sources naturelles de protéines d’origine végétale. La poudre de protéine de chanvre contient 20 acides aminés, y compris les neuf acides aminés essentiels que votre corps est incapable de produire et doit provenir de sources alimentaires. De plus, la poudre de protéines de chanvre contient des acides gras oméga et des fibres.
  • La protéine de pois est une protéine complète contenant neuf acides aminés essentiels. Les avantages sont les suivants: aide à la perte de poids, soutien d’un cœur en santé, augmentation de l’épaisseur musculaire et régulation de la glycémie.
  • La spiruline est un super-aliment issu d’une algue bleu-vert d’eau douce et présente plusieurs avantages pour notre santé: détoxifie les métaux lourds de notre corps, élimine le candida, abaisse la tension artérielle, réduit le cholestérol, stimule l’énergie et accélère la perte de poids.
  • L’herbe de blé est une jeune herbe pleine de toutes sortes de bonnes choses. L’herbe de blé stimule notre immunité, l’absorption des nutriments, augmente le métabolisme et alcalinise notre corps.
  • La chlorella, un cousin de la spiruline, est connue pour stimuler l’énergie, augmenter la perte de graisse et détoxifier les métaux du corps.
  • La luzerne, une herbe, est connue pour ses propriétés anti-âge et anticancérigène.
  • Le chou kale est le roi des légumes verts super sains. Il contient de puissants antioxydants, y compris des niveaux élevés de vitamine C. C’est l’une des meilleures sources de vitamine K. Le kale est également connu pour ses propriétés anti-cancérigènes. De plus, c’est une bonne source de magnésium.
  • La feuille d’ortie détoxifie le corps et réduit les douleurs articulaires.
  • La feuille de pissenlit est connue pour contenir des propriétés détoxifiantes, ainsi que pour favoriser la santé des articulations et des os.
  • Les algues sont emballées avec des micronutriments comme le magnésium, le zinc et l’iode.

Comment avons-nous vécu notre formation en permaculture ?

Voici un petit témoignage de notre ressenti suite à notre certificat de design en permaculture à la Goursaline, en avril 2017 chez Permaculture Design.

Pour plus d’informations sur le PDC, que nous recommandons vivement à toutes les personnes qui souhaitent se former à la permaculture: www.permaculturedesign.fr

Crédit: Nebula-Pictures, www.nebulapictures.com

© 2017 PERMAYITI

We made it!

Grâce au soutien de 100 contributeurs, nous avons pu atteindre notre objectif sur la plateforme de financement participatif https://wemakeit.com. Nous avons été très touchés par votre confiance et souhaitons remercier très chaleureusement les personnes qui ont pu rendre ceci possible:

Florence Royer
Claire Josseron
Robert Bremme
Camille Flückiger
Anouk Ortlieb
Andrea Schubauer
Alessia Maradei
Mark-Henri Gay
Martin Fleurant
Claire
Sylvie To
Céline Dufour
Aurélien Charlet
Isabelle Bohren
Tiago Alexandre Ventura
Lucas Schulthess
Marc Ruffet
Agnès Gavin
Julian Tugwell
Trisha Singh
Fabrice Chollet
Joëlle Mosig
Vincent Bussy
Daniel Meier
Mai-Anh Weiss
Fiona Chollet Paredes
Mireille Aebischer
Michael Hertig
Laurence Hurter
Miriam Kresovic
Séverine Noble
Yorick Tompkins
Géraldine Juge
Hélène Burri
Benoît Decurtins
Alexandre Meylan
mathieu Cuendet
Christiane Paredes-Tripet
Kevin Richard
Micaël Vaney
Marc Dubois
Marina Mangiola
Philippe Moret
France Frascarolo
Nadia Rainoldi
Catherine Meyer
Vincent Carel
Sarah Ducommun
Jessica Ruedin
Sarah Braunschmidt
Steeve Vermot
Frédéric Mesot
Pascal Antille
Sébastien Nguyen-Bloch
Magali Riom Créatrice
Sophie Schneiter
Delphine Royer
Faïza Boudhar
Fabienne & Jean-Daniel Bill
Melinda Meroni
Stefan von Büren
Alicia Blair
Martine Ramolfo
Béatrice Burnand
Sylvie Dedominici
Renaud Rindlisbacher
Alain Pipoz Photos
Sebastiano Pagano
Marie Gandola
Christina Neubrand
Aïgna De Tribolet
Cédric Duetsch
Joana Rainoldi
Mirj Bartels
Nicolas Zurn
Cyrielle Jean
Gustave Torchio
Christian Pichard
Christian Willi
Alizée Duetsch
Eduardo Grand
Priscilla  Saillen
Jannick Monferran
André Noverraz
Chantal Vandelle
Emy Farquet
Myriam Joy
Valentine  Rey
Séverine IFF
Sarah Latrous
Katie Leishman
Georges Mavrakis
Anne Justes
Manu Singh
Carmen Roelli
Marc Tiefenauer

Du fond du coeur, un grand MERCI!

Olivia & David

Nos partenaires

Il nous font confiance et nous apportent leur soutien dans notre démarche. Voici nos partenaires (ordre alphabétique).

Si vous souhaitez nous soutenir dans notre projet, nous sommes toujours à la recherche de financement et serions ravis d’en discuter davantage avec vous. Merci de nous contacter par email: info@permayiti.com.

La Fondation Antenna Technologies 

logo_antenna_OK

La Fondation Antenna Technologies basée à Genève est désormais notre partenaire scientifique. Il s’agit d’une fondation suisse engagée dans la recherche scientifique et la diffusion de solutions technologiques, économiques et médicales pour répondre aux besoins essentiels des communautés les plus vulnérables.

Nous nous sommes engagés à faire part de nos recherches et de l’avancement du projet dans le but de permettre de diffuser le plus largement possible le modèle de permaculture établi dans des zones climatiques semblables à celle d’Haïti.

Site internet (et source): www.antenna.ch

LEDsafari

36636097_10160543859545453_3607727457253195776_n

LEDsafari est une start-up dans le domaine de la technologie éducative, basée à Lausanne (Suisse), qui a pour but de combiner l’énergie propre & l’éducation sur l’innovation durable, à travers une formation en sciences et design, centrée sur la création d’une lampe solaire LED. Leur objectif est d’habiliter les générations futures à lutter contre le changement climatique et adopter des technologies durables.

Leur programme d’entreprenariat est conçu pour former des entrepreneurs locaux dans les zones non-électrifiées des pays en développement, avec l’aide d’organisations partenaires comme nous, qui soutiennent déjà une communauté en particulier. La formation stimule le développement des compétences, la génération de revenu et le maintien de sources de revenus indépendantes.

Site internet (et source): ledsafari.com

La Fondation Le Solstice

Logo

Le Solstice est une fondation privée, gérée par la troisième génération de la famille fondatrice du Solstice. Le Solstice a pour but d’aider ses pays partenaires en difficulté de développement social et économique. Pour ce faire, la fondation a trois programmes. Trois programmes dont les objectifs sont de sécuriser l’emploi et de créer une communauté d’organisations soudée et forte:

  1. un programme de soutien pour que les enfants de milieux défavorisés aient accès à une éducation de qualité,
  2. un programme de soutien aux organisations de la société civile menant des projets dans un but éducatif ou environnemental
  3. un programme de volontariat, dans le but de fournir des ressources humaines à ses partenaires, ainsi que partager des expériences percutantes afin de sensibiliser la communauté internationale.

Nous devenons ainsi leur premier partenaire actif en Haïti.

Site internet (et source): http://www.lesolstice.ch/

Fondation ProFutura

La Fondation ProFutura a pour but de promouvoir et soutenir toute activité culturelle, humanitaire et scientifique.

Villes et communes

Un grand merci pour le soutien des villes et communes suivantes pour leur générosité:

Olivia & David

© 2017 PERMAYITI

Gestion des énergies

À Petite-Rivière de Nippes, il existe une centrale électrique qui n’est actuellement pas en fonction. Elle devrait être réparée par les autorités locales mais il nous est difficile d’avoir une confirmation et une notion de temps, c’est pour cela que nous ne la considérons pas comme une option viable pour le moment.

En Haïti, dans les foyers, on utilise des batteries de voitures ou des génératrices à essence pour produire de l’électricité afin d’avoir de la lumière durant les heures sombres. Il est rare de pouvoir avoir de la lumière toute la nuit durant.

Avec l’objectif d’avoir de l’électricité en permanence sans utiliser d’essence, nous avons sélectionné deux options : l’énergie solaire et l’énergie éolienne.

  1. L’énergie solaire

L’énergie solaire est une ressource abondante et gratuite, particulièrement dans le contexte haïtien, avec une moyenne annuelle de 8h d’ensoleillement journalier. (Temperature Weather, 2018)

Dans le cadre de l’exploitation de la ferme mais également des formations, il nous sera nécessaire d’avoir accès à l’électricité. Par conséquent, nous allons installer des panneaux solaires pour la maison. Il y a cependant beaucoup de vols de panneaux solaires en Haïti. Les gens les volent pour les revendre ensuite afin de pouvoir s’acheter de quoi vivre. En plus de sécuriser notre installation, il faudra faire de la prévention auprès de la population afin qu’ils comprennent pourquoi il est plus intéressant pour eux de venir apprendre et partager plutôt que de nous voler.

De plus, dans le cadre de nos recherches, nous avons découvert LEDsafari, une jeune entreprise active dans le domaine de la technologie éducative, basée à Lausanne (Suisse), qui combine l’énergie propre avec l’éducation sur l’innovation durable centrée sur la création d’une lampe solaire LED. (LEDsafari, 2016)

De plus, l’entreprise, qui est également active dans le monde entier et notamment dans les pays en voie de développement, propose des cours pour assembler ces kits qui permettent également aux néophytes de comprendre comment fonctionne le système. Cette compréhension peut ensuite s’appliquer à des systèmes à plus grande échelle (p.ex. installation de panneaux solaires pour la maison). Avec les cours proposés par l’entreprise, « les élèves apprennent et appliquent les théories sur la technologie solaire en assemblant un circuit électrique à partir du kit LEDsafari, et en le plaçant ensuite dans une structure de lampe personnalisée, fabriquée avec des matériaux recyclés. » (LEDsafari, 2016)

Le projet de LEDsafari rentre pleinement dans la philosophie de PERMAYITI car il remet au centre le partage de connaissances qui peut, dans notre situation, changer le quotidien des haïtiens.

Durant le cours de 2018, nous prévoyons de suivre les formations de LEDsafari et allons ensuite acheter et emmener avec nous 70 kits (prix d’achat : 10 CHF / pièce) destinés à l’enseignement aux enfants et à la population de Petite-Rivière de Nippes lors de la première année (2019). Le stock de kits sera ensuite renouvelé chaque année mais l’objectif est de permettre aux habitants de trouver eux-mêmes les matériaux pour construire les systèmes et ainsi développer des petites entreprises ou simplement leur permettre d’acquérir de nouvelles connaissances et peut-être trouver un emploi dans ce domaine.

Il existe d’autres pistes intéressantes pour Haïti. Nous avons par exemple découvert l’entreprise Akuo Energy, basée sur l’île de la Réunion qui propose là-bas de fournir gratuitement des serres permettant de récupérer l’eau de pluie et de produire de l’énergie solaire à la seule condition de pouvoir installer sur l’île une centrale solaire et ainsi alimenter plusieurs foyers. Nous avons contacté cette entreprise afin d’obtenir plus d’informations sur les conditions et souhaitons les mettre en contact avec les autorités locales.

  1. L’énergie éolienne

En complément à l’énergie solaire, nous avons opté pour l’énergie éolienne, elle aussi gratuite et, dans notre cas, abondante puisque nous sommes en bord de mer. Cette énergie n’est pas disponible avec autant de constance que l’énergie solaire, mais se transforme en ressource intéressante pour pallier aux panneaux solaires en cas de mauvais temps par exemple. C’est une source d’énergie que l’on peut également mettre à l’abri en cas d’ouragans et qui devrait donc nous permettre de redevenir opérationnels rapidement après des catastrophes climatiques.

Nous avons trouvé divers petits modèles disponibles en ligne mais nous souhaitons approfondir nos recherches et nous renseigner lors du salon Energissima en avril 2018.

© 2017 PERMAYITI

Formation SuperAdobe mars 2018

C’est avec des courbatures mais des étoiles plein les yeux que nous sommes revenus de notre formation d’une semaine en Italie prodiguée par Davide, (association Vide Terra) qui a été lui-même formé par CalEarth, ainsi que Marco, tout droit venu de Californie, formateur chez CalEarth.

Une semaine et 8m3 de terre plus tard, nous sommes convaincus que les constructions SuperAdobe (ou « Earthbags ») sont une réelle réponse aux besoins des Haïtiens tout en prenant en compte le contexte économique, climatique et environnemental de l’île.

Découvrez quelques photos du dôme de 2m50 de diamètre que nous avons réalisé lors de ce workshop.

© 2018 PERMAYITI

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dons

Afin de nous aider à réaliser notre projet, nous sommes à la recherche de généreux donateurs!

Depuis mars 2018, notre association est reconnue d’utilité publique, il vous est donc possible de déclarer les dons d’un montant égal ou supérieur à 100 CHF (depuis la Suisse) dans votre déclaration annuelle afin d’être exonéré d’impôt (voir Attestation des impôts). Si lors de votre déclaration, les impôts vous demandent une justification, merci de nous contacter par email info@permayiti.com et nous vous fournirons l’attestation demandée si nous ne l’avons pas fait auparavant. 

Pour nous soutenir, cliquez sur le lien en bas de la page pour effectuer un versement sécurisé avec votre compte PayPal ou votre carte de crédit ou encore en effectuant un versement à:

Association Permayiti
1196 Gland
IBAN CH68 0839 0035 6666 1000 1
Banque Alternative Suisse Lausanne
N° de compte: 46-110-7

 

D’avance un grand merci!

 

Olivia & David

Récit du voyage de novembre 2017

Nous avons eu l’opportunité de nous rendre en Haïti du 6 au 18 novembre 2017. Le but de ce voyage était de faire un peu de reconnaissance avant d’aller nous installer en Haïti mais également de :

  • Rencontrer les enfants et la population de Petite-Rivière de Nippes et mieux comprendre leurs besoins et attentes
  • Rencontrer des personnes actives dans la permaculture en Haïti
  • Constater l’état de l’école et des infrastructures après Matthew
  • Observer les terrains à disposition pour le projet et prélever des échantillons de sol pour analyses en laboratoire.

Pour Olivia ce voyage était une première, c’était donc important pour nous deux de nous immerger dans ce nouveau monde, notre future nouvelle vie et de voir comment nous allions nous sentir ensemble dans cette aventure. Nous étions impatients, un peu nerveux, curieux et nous nous réjouissions beaucoup.

Depuis notre retour en Suisse, on nous interroge souvent sur notre voyage : « Comment c’était, ça vous a plu ? ».

Par cet article, nous souhaitions partager avec vous notre ressenti, notre aventure, bien qu’il soit très difficile de dessiner une image claire de ce pays qui ne ressemble à aucune des destinations touristiques traditionnelles. Haïti ne se raconte pas, Haïti se vit.

Jour 1 & 2

Notre aventure commence de nuit, en fin de journée dans les embouteillages de Port-au-Prince. Déjà là, le changement de décor est saisissant : le chaos sur les routes où les règles de la circulation ne sont pas plus qu’une légère suggestion, pas ou très peu de feux de circulation, des déchets éparpillés sur les bords de route, des constructions portant les stigmates de la vie précaire des Haïtiens et des évènements climatiques dont ils sont trop souvent les victimes.

L’ami de la famille chez qui nous logeons à Croix des Bouquets, (en périphérie de Port-au-Prince), Vasco, nous accueille généreusement chez lui. Agronome de formation, notre projet l’intéresse et nous avons donc la chance de lui partager nos idées. Dès le lendemain, nos rendez-vous commencent. Nous souhaitions rencontrer des personnes actives dans le domaine de la permaculture en Haïti et nous avons eu le plaisir de rencontrer un couple de jeunes lausannois, Sophie et Jérôme (Jardins Wanga Négès), qui après avoir vécu en Haïti pendant un certain temps grâce au précédent emploi de Sophie dans une ONG, ont décidé de créer leur propre projet sous la forme d’une association qui a pour but d’aider les agriculteurs haïtiens à régénérer leur sol en apprenant à créer un compost, à fertiliser leur sol naturellement avec des méthodes accessibles. Il était important pour nous de savoir comment ils s’étaient acclimatés, les difficultés qu’ils ont rencontrées, de mieux comprendre comment est leur vie en Haïti, quelles sont les démarches administratives à entreprendre avant et après notre arrivée (enregistrement auprès des autorités locales par exemple) mais aussi de pouvoir échanger sur la manière dont ils s’y sont pris pour être entourés et acceptés des Haïtiens dans le cadre de leur projet malgré les différences culturelles.

Lors de ce rendez-vous, nous avons également eu la chance de rencontrer Fabrice Doucet, un Haïtien qui nous a été présenté par Daniel Halsey de SouthWood Forest. Fabrice prépare un projet permacole de grande envergure du côté de Jacmel sur une parcelle de 50 hectares et avec qui nous nous réjouissons de pouvoir échanger et s’entraider. Ses conseils et ses explications sur la vie en Haïti nous ont été d’une grande aide. Son projet Afenbô Communauté est très prometteur tant il a été pensé dans les moindres détails. Il ne s’agit ni plus ni moins d’un Design en Permaculture à grande échelle, minutieusement préparé.

Jour 3 & 4

Départ pour Jacmel, pour se reposer, recharger les batteries et visiter un endroit célèbre en Haïti pour son authenticité et son cadre naturel : « Bassin Bleu ». Après quelques heures de route de montagne, une épreuve pour Olivia qui attrape facilement le mal des transports, nous assistons à un changement de décor radical comme ça sera le cas plusieurs fois durant notre séjour. Jacmel est une charmante ville de bord de mer au style architectural colonial regorgeant d’artistes, de galeries où l’on trouve de magnifiques peintures, mais aussi de l’artisanat, bijoux et décorations criants d’authenticité haïtienne. Après un petit tour de reconnaissance et un plat haïtien, nous en avons profité pour nous reposer tôt afin de récupérer du voyage.

Le lendemain, départ pour Bassin Bleu. Un souvenir mémorable, tant ce lieu est unique et authentique, mais également pour le chemin qui nous y conduit qui nous a fait nous sentir tels deux aventuriers intrépides. Les deux chauffeurs qui nous accompagnent à moto, nous installent sur leurs engins et traversent les ruelles de Jacmel jusqu’à en sortir pour arriver au bord d’une rivière relativement grande et profonde. Nous n’imaginions pas qu’il allait être question de la traverser… à moto !

Bien que persuadé que c’était impossible sans chuter, je décide de faire confiance au chauffeur, après tout, il n’a pas du tout l’air inquiet.

Une fois passés (sains et saufs) de l’autre côté, s’en suivent les sentiers raides à mesure que nous avançons dans la montagne, où nous croisons parents et enfants, habitations et végétation mais pas un touriste.

DSC_0088Arrivés à destination, les chauffeurs nous attendent sur place nous expliquant que la suite de l’excursion se fait à pied. Il fait chaud et sommes presque seuls sur ce sentier magique où le guide est heureux de nous montrer les différentes richesses du pays tels que le cacaoyer, sans savoir que c’est chez nous, en Suisse qu’il est transformé en chocolat.

Arrivés en haut, il nous faut un moment pour réaliser où l’on se trouve. Il n’y a qu’un couple belgo-polonais et nous au milieu de ce bassin. Nager dans ce bassin et se détendre près de cette cascade en observant la végétation présente sur les rochers reste le moment le plus relaxant du voyage et un souvenir incroyable

De retour à Jacmel, nous visitons les galeries d’artistes et nous baladons dans les rues de Jacmel. Le soir venu, nous nous rendons au Festival International de Piano présent par chance ce soir-là à Jacmel. Une belle parenthèse qui se ferme sur nos deux jours de « repos ».

Jour 5

Direction Carrefour du Fort pour retrouver Webert, l’oncle de David, mais également pasteur, qui s’occupe sur place des enfants et de l’école du projet PERMAYITI. Il nous emmène chez lui, à Petite-Rivière de Nippes, sur le terrain que Ruth Theart (la tante de David) a mis à disposition pour le projet. Sur la route de bord de mer qui nous mène à Petite-Rivière, nous passons notre temps le nez collé à la fenêtre pour notamment observer les stigmates de l’ouragan Matthew. La route relativement récente est morcelée, creusée par les inondations. Les bâtiments souvent effondrés et laissés à l’abandon témoignent de la violence des épisodes climatiques. Nous apercevons aussi d’un côté les marchés mobiles et cette vue sur la mer et de l’autre les montagnes. Je me souviens que ma mère me disait qu’Haïti avait des similitudes avec la Suisse et je comprends ce qu’elle voulait dire par là. On est très vite au bord de l’eau et très vite à la montagne.

Arrivés à Petite-Rivière de Nippes, nous sommes attendus ! Malgré le peu de moyens, on nous reçoit, nous prépare à manger, et il y a même des gens qui se sont déplacés pour nous accueillir et nous souhaiter la bienvenue. Ils sont aux petits soins, mon oncle est heureux de nous voir. L’hospitalité haïtienne en chair et en os.

Sur place, un petit tour du propriétaire nous fait très vite réaliser qu’ils font énormément avec les moyens qui sont les leurs et que l’argent du projet n’est pas dépensé en vain. Néanmoins les connaissances et les outils dont ils disposent ne permettent pas jusqu’à présent d’assurer des infrastructures pérennes tant les conditions climatiques peuvent être violentes dans cette région du monde. Nous sommes donc impatients d’apporter nos connaissances et convaincus que notre projet arrive à point nommé et que c’est le début de quelque chose de nouveau.

Jour 6

C’est Dimanche, il y a église et en Haïti ce jour est spécial. C’est le jour du Seigneur. Les gens sortent leurs plus beaux vêtements pour l’occasion peu importe leur niveau de vie. C’est une façon de montrer à quel point on est dévoué à Dieu, et c’est un signe de respect. Nous sommes accueillis par toute une congrégation et présentés brièvement lors du culte, pour donner rendez-vous aux gens le mardi (jour 8), afin que nous leurs présentions le projet PERMAYITI. Nous avons eu l’occasion de leur adresser quelques mots durant le culte et c’est avec beaucoup d’émotions et quelques larmes que nous leur avons transmis notre reconnaissance d’être finalement parmi eux alors que nous avons attendu ce moment pendant une année.

Jour 7

Le temps file et nous passons du temps sur les terrains à disposition pour le projet afin de pouvoir faire un maximum d’observations qui sont indispensables avant l’étape du design en permaculture. Nous prenons note de la direction des vents dominants, des potentielles endroits inondables, des différences de niveaux, des arbres et autres végétaux présents sur les terrains et tout ce qui aurait été difficile à obtenir depuis la Suisse. Nous profitons également de recueillir des échantillons de sol que nous avons fait analyser en Suisse. Nous prenons aussi le temps de ressentir le lieu, marcher sur le terrain, écouter les bruits, ressentir les courants et le sol sous nos pieds tout en laissant aller notre imagination et nos émotions.

Jour 8

Mardi après-midi, l’heure de la rencontre approche et déjà quelques personnes sont là malgré la pluie et les difficultés que cela engendre pour les déplacements. Nous retardons un petit peu le début de la rencontre pour laisser aux gens (et à l’interprète) le temps d’arriver.

Tout à coup tout le monde arrive en même temps et la rencontre peut commencer, par une prière. Nous sommes ravis de voir qu’une trentaine de personnes ont fait le déplacement. La municipalité de la commune de Ketan a bien sûr été personnellement invitée à assister à la conférence. Malheureusement la maire n’a pas pu être présente mais elle a été informée du projet et nous prévoyons de la rencontrer dès notre retour en Haïti.

La présentation a duré deux bonnes heures et nous avons pu présenter la permaculture et nos idées sur la construction des maisons SuperAdobe, la production de nourriture, la gestion de l’eau, des énergies et des déchets et finalement la construction de Rocket Stove comme nouvelle méthode de cuisson des aliments.

Au terme de la conférence, nous avons été surpris en bien du véritable intérêt de la population dans notre projet. Les habitants nous ont posé des questions et nous ont dit qu’ils étaient satisfaits et impatients de nous voir revenir.

Jour 8

Comme les enfants et les professeurs étaient un peu plus habitués à notre présence, il était désormais plus facile pour nous de parler avec eux. Nous avons pu assister à une conférence entre Webert et les six professeurs et avons saisi l’opportunité pour mieux comprendre leurs besoins en tant qu’enseignants afin d’inclure des solutions dans le cadre de notre projet et ainsi répondre à leurs requêtes.

DSC_0222
Les enfants et professeurs fréquentant l’école – Petite-Rivière de Nippes, Haïti – © 2017 PERMAYITI

Nous avons pris du temps pour jouer un peu avec les enfants et leur montrer des pliages qui ont été accueilli avec beaucoup de joie.

Une septantaine d’enfants fréquentent l’école mais à cause de problèmes de transports, ils ne peuvent pas être présents tous en même temps. L’école comprend six classes, de la 1ère à la 6ème primaire et fourni un repas par jour à tous les enfants. Il n’y a pas d’électricité sur les lieux, c’est pourquoi les cours ont lieu uniquement le matin, de 7h30 à midi. La plupart des enfants sont orphelins ou ont subi de gros traumatismes. Ils parcourent parfois un très long trajet pour se rendre à l’école qui est leur seul moyen d’obtenir une éducation scolaire. Mais malgré leurs souffrances, leurs habits en mauvais état et leur ventre vide avant d’arriver à l’école, nous avons trouvé des sourires et de la joie dans leurs yeux, une force que nous n’avons pas l’habitude de voir dans nos pays dit « riches » ou développés.

La rencontre avec les enfants nous a permis de confirmer notre volonté de les mettre au centre de notre projet et de tout faire pour leur offrir une vie meilleure.

Jour 9

Nous reprenons la route pour Port-au-Prince, pour passer la dernière nuit chez une amie de la famille avant de repartir en Suisse le lendemain matin.

Conclusion

Lors de notre premier jour à Port-au-Prince, on nous a dit que « Haïti est le pays de la liberté et du chaos » et au retour de ce voyage, nous comprenons désormais toute l’ampleur et la véracité de cette phrase. C’est un pays de toutes les contradictions mais malgré les difficultés que nous sommes certains de rencontrer, nous sommes convaincus que PERMAYITI a sa place dans le paysage haïtien et pourra apporter des solutions à la population qui comprend désormais que ce n’est pas en recevant « simplement » de l’argent que le pays va pouvoir réellement se développer. Les personnes que nous avons rencontrées souhaitent apprendre et devenir plus indépendantes. À travers PERMAYITI, nous souhaitons transmettre des connaissances, proposer des formations, des emplois et même offrir l’opportunité aux gens de créer leurs propres business. Dans le respect des principes de permaculture, nous souhaitons commencer « petit », localement, mais espérons qu’un jour, avec l’aide de la population et des autorités, nous pourrons propager nos idées comme des petites graines.

Nous souhaitons remercier toutes les personnes qui nous ont reçues lors de notre séjour, toutes les informations et conseils qui nous ont été transmis et le temps qui nous été consacré !

MERCI

David & Olivia

© 2017 PERMAYITI

 

PERMAYITI

Le projet PERMAYITI est un projet inclusif comprenant de nombreux aspects : environnementaux, écologiques, sociaux, pédagogiques, alimentaires, économiques sans oublier la santé et le bien-être.

Cadre logique

  • Objectif global : améliorer les conditions de vie de la population de Petite-Rivière de Nippes, Haïti.
  • Objectifs spécifiques :
  1. Produire des fruits et légumes biologiques dans le but de contribuer au repas servi quotidiennement aux cinquante enfants fréquentant l’école.
  2. Proposer des formations théoriques et pratiques aux enfants de l’école et à la population de Petite-Rivière de Nippes sur la permaculture: production biologique de fruits et légumes, gestion de l’eau potable, gestion des déchets, communication non-violente (CNV) et construction d’habitats respectueux de l’environnement tout en étant résistants aux ouragans et tremblements de terre.
  3. Participer à l’organisation de l’économie locale de Petite-Rivière de Nippes en favorisant les circuits courts, en mettant en avant les artisans et en renforçant l’autosuffisance.

La micro-ferme permaculturelle

Une micro-ferme permaculturelle est un agrosystème productif et naturel fonctionnant avec un apport minimal d’énergies fossiles. Tout est réalisé manuellement ce qui permet une densification de la production et par conséquent un meilleur rendement. De plus, la petite superficie permet de limiter les investissements de départ. Grâce aux études menées par la ferme du Bec Hellouin en France, il est désormais prouvé que 1000 m2 cultivés en maraichage permaculturel permettent de créer une activité économiquement viable. En effet, réduire les surfaces de culture en diversifiant la production permet de libérer de la place à d’autres fins tels que par exemple la production d’arbres fruitiers ou d’élevage d’animaux. (Léger & Guégan, 2015)

Avec trois terrains déjà en notre possession, nous souhaitons répartir les activités de la manière suivante :

  1. Terrain #1 – 1100m2 : maraîchage intensif de fruits et légumes, insertion d’un poulailler et construction de notre habitat
  2. Terrain #2 – 1160m2 : création d’un potager permaculturel pédagogique dédié aux enfants de l’école (env. 50 enfants au quotidien) qui se trouve sur ce même terrain
  3. Terrain #3 – 4000m2 : création d’une forêt-jardin (aussi appelée forêt comestible)

PERMAYITI n’est pas seulement un projet agricole mais bien un projet social ayant pour but d’intégrer et former la population afin qu’une fois le terme du projet arrivé, les habitants puissent subvenir eux-mêmes à leurs besoins alimentaires. Les formations seront dispensées dans les locaux de l’école existante pour les cours théoriques et sur les différents terrains pour l’aspect pratique.

© 2017 PERMAYITI