« Donc, ne vous faites pas de souci pour demain. Demain se fera du souci pour lui-même. La fatigue d’aujourd hui suffit pour aujourd hui. » Matthieu 6:34

Bonjour à tous !

Voici des nouvelles de nous, de notre progression, car chaque jour en est une, même si parfois on n’en saisit pas le sens et que l’on y laisse beaucoup d’énergie.

Ces dix derniers jours, nous avons beaucoup parlé avec la communauté, nous avons visité différents endroits de la région, nous avons beaucoup écouté aussi, car nous voulions véritablement apprendre ce que les gens vivent, comprendre leur réalité du mieux possible, toujours dans le souci de pouvoir être en mesure de répondre à leurs besoins.

Situation de l’école et vision pour l’avenir

L’école dispose d’une autorisation de fonctionner depuis sa création. Les efforts quotidiens déployés par Webert et son épouse Olguine pour assurer le fonctionnement de l’école forcent notre admiration. Néanmoins, nous souhaitons pouvoir obtenir une licence définitive de la part de l’éducation nationale. Pour ce faire, il va nous falloir, dès la fin de l’année scolaire en cours, engager 6 nouveaux professeurs dits « normaliens » pour obtenir la licence définitive, entre autres choses. C’est l’assurance de pouvoir avoir une école durable reconnue et qui offre le plus de chances possibles aux enfants qui la fréquentent (notre objectif premier).
Il nous a donc fallu réfléchir à différentes stratégies puisque les professeurs actuels travaillaient pour le projet depuis un certain temps, tenez-vous bien : bénévolement ! Il était donc impensable pour nous de les remplacer par de nouveaux professeurs sans leur proposer une alternative à leur travail actuel. Comme le disait Benjamin Broustey, notre formateur en permaculture : « Le problème est la solution ! ». Alors on s’est mis à réfléchir…

On sait que l’école n’a lieu que le matin et qu’on a à cœur d’intégrer la permaculture dans le cursus scolaire de l’école. On est convaincus que l’enseignement de la permaculture est une plus-value qui peut faire de cette école une école d’avant-garde stimulante et offrant de réelles perspectives pour les enfants qui y étudient, surtout pour ceux qui n’auront pas la possibilité de continuer leurs études secondaires.
On a donc décidé de proposer aux professeurs le poste d’enseignants en permaculture dès le début de l’année scolaire prochaine sous quelques conditions

  1. Suivre avec nous des formations en permaculture deux après-midis par semaine.
  2. Participer avec nous à la construction de notre maison.
  3. Mettre en avant leurs talents (créatifs, artisanats ou tout autre) au service du projet.

A notre plus grande joie, tous ont accepté. Il s’agira donc, en complément du cursus obligatoire qui aura lieu le matin, d’offrir l’après-midi d’autres types de cours en permaculture ou autres sujets pratiques (ou théoriques) tels que des ateliers de musique, de dessin, de jardinage (évidemment), de cuisine, etc. L’école est actuellement gratuite (et est une des seules de ce genre dans la région) et elle le restera car elle est destinée aux familles qui n’ont pas vraiment pas les moyens financiers pour payer un écolage.

Concernant les salaires, comme le prévoyait notre projet et notre budget, nous allons pouvoir offrir un salaire mensuel à chacun des 6 professeurs (même si ceux-ci changeront de poste dès l’année prochaine), un salaire à la directrice de l’école qui dédie son temps au service de l’école, un salaire pour le chauffeur qui ira chercher tous les jours les enfants et les ramènera ce qui nous permettra d’avoir mon oncle à nos côtés tous les jours et finalement un salaire pour la cuisinière qui, tous les jours, prépare un repas pour une cinquantaine de personnes. On espère d’autres changements à venir encore, mais chaque chose en son temps.
D’un coup comme ça, je regarde Olivia, et je réalise qu’on vient de créer 9 salaires, qui vont aider des familles entières et puis comme j’ai la larme facile… Je me dis que c’est déjà un bel accomplissement. On a le sentiment que quelque chose est entrain de naître et que de plus en plus de gens marchent désormais avec nous.

Dimanche prochain, mon oncle m’a offert l’occasion de parler au sein de l’église ce qui nous l’espérons va nous aider à créer une cohésion qui portera ses fruits à l’avenir. Les fondations du projet se mettent donc en place.

La construction

En parlant de fondations, nous préparons également le début de la construction de notre future maison dont vous avez probablement pu apprécier les esquisses lors de notre dernier article. On a commencé à désherber, on a fait la connaissance de quelques 5-6 mygales en travaillant sur la parcelle et on a commencé à tracer l’emplacement des dômes au sable blanc. Mais avant tout cela, il nous a fallu venir à bout d’une longue et épaisse haie de candélabre, une sorte de cactus rustique dont la sève est dangereuse pour les yeux pouvant rendre aveugle, qui coupait le terrain en deux.

Prochaines étapes

Aujourd hui, ont lieu les manifestations dans tout le pays suite au scandale Petrocaribe, alors on profite de rester tranquille, Olivia fait des bricolages et moi je vous écris des tartines. La semaine prochaine, direction Port-au-Prince pour aller chercher nos rouleaux de sacs pour commencer la construction et, nous l’espérons, récupérer nos panneaux solaires qui sont arrivés au port. Nous espérons pouvoir réunir une équipe et commencer à creuser les fondations de la maison.

Réagissez à nos articles, écrivez-nous et continuez à nous envoyer votre soutien, on ne s’en lasse pas.

Un grand merci pour votre fidélité et vos mots qui parfois nous émeuvent énormément.

A très vite

Olivia et David

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

© 2017 PERMAYITI

 

Laisser un commentaire