Gestion des déchets

Même si la gestion des déchets n’est pas au cœur de notre plan de production, il est important de mentionner les actions qui seront réalisées. D’une part, d’un point de vue permaculturel, le recyclage a une place bien ancrée dans la cercle vertueux d’une exploitation agricole et d’autre part, étant donnée la situation écologique très critique de l’île et la direction prise récemment par l’état, il est primordial de sensibiliser la population du village à la gestion des déchets. En effet, l’insalubrité battant son plein en Haïti, le Ministère de l’Environnement, soutenu par de nombreuses entreprises privées, a pour objectif de développer une stratégie globale pour tout d’abord sensibiliser le peuple à la gestion des déchets et par conséquent à la protection de l’environnement et redéfinir le cadre légal régissant le secteur de l’assainissement. (Le Nouvelliste, 2017) Néanmoins, l’eau potable n’étant pas courante en Haïti, nombreux sont ceux qui ont recours à des bouteilles en PET ce qui leur assure de ne pas s’exposer à certaines maladies telles que le choléra. En conséquence, ce sont parfois des amas de bouteilles PET qui jonchent le sol et polluent les cours d’eau, la faute au manque de conscience écologique, de ressources étatiques ou encore de législations.

Dans le cadre de notre exploitation, nous :

  • Limiterons les déchets plastiques et non-recyclables.
  • Composterons puis réutiliserons les déchets organiques de la cuisine et des toilettes sèches comme engrais.
  • Utiliserons des récipients en verre réutilisables dans le respect de l’hygiène (stérilisation).

Nous souhaitons également travailler de corps avec la population afin de mettre en place une déchetterie locale et ainsi débarrasser le village de ses ordures, sensibiliser les gens de tout âge face à cette problématique et les familiariser avec ce principe permacole selon lequel rien ne se perd, tout se transforme.

Haïti est une île magnifique et mérite d’être préservée, c’est pourquoi la gestion des déchets est un des piliers capables de redynamiser le tourisme et pourquoi pas l’écotourisme.

Photo: The Amnesty International USA Blog

© 2017 PERMAYITI

Laisser un commentaire