Haïti +7

Nous voilà en Haïti depuis une semaine et même si nous sommes parfois challengés par la lenteur à laquelle les choses avancent, il nous faut reconnaître que nous avons été très actifs, prenant également en compte le fait que nous avons été assigné à résidence durant 2 jours à cause des manifestations Petrocaribe qui ont eu lieu à Port-au-Prince.

Depuis dimanche 14 octobre, nous avons acheté des cartes SIM et donc obtenu nos nouveaux numéros de téléphone haïtiens, nous sommes passés à l’ambassade suisse pour nous annoncer (ce qui s’est avéré inutile car c’est auprès du consulat suisse en République Dominicaine qu’il faut faire les démarches par email) puis après plus de 2 heures d’attente à la banque, nous avons ouvert un compte. Nous sommes également allés visiter l’usine qui nous fournira les sacs en polypropylène qui nous permettra de construire notre maison et avons pu discuter de nos projets avec le directeur de l’entreprise.

Le plus gros challenge de cette semaine a été de trouver une voiture. Après de longues recherches, nous l’avons finalement trouvée : une Toyota Hilux que nous avons nommé Gloria et qui, nous l’espérons, nous conduira en sécurité dans toutes nos aventures. Durant cette semaine, nous avons également eu la chance de voir et revoir des amis avec qui nous avons passé de bons moments. Un grand merci à Sophie et Jérôme, Jonathan, Flore et Esaya, et Marie-Claude, Vasco et Bébé ainsi que Myriam et son chéri que nous avons croisé à l’aéroport à notre arrivée. Une chose est sûre, c’est que nous ne sommes et nous ne serons jamais seuls ici en Haïti !

Finalement, pour clôturer cette première semaine, nous avons assisté hier au culte de l’église Calvary Chapel à Pétion-Ville puis nous avons eu l’opportunité d’aller voir une exposition de trois artistes qui utilisent des matériaux recyclés pour créer des œuvres. Découvrez celles de Gary Pierre-Charles ci-dessous !

Prendre du recul pour voir les choses accomplies est primordial. Parfois, nous avons l’impression que tout est difficile, le système n’étant de loin pas aussi fluide qu’en Suisse, mais nous apprenons la patience et de nous mettre au rythme local. Nous sommes reconnaissants de l’aide qu’on nous fournit chaque jour, notamment de la famille Adrien chez qui nous logeons, et sans l’expérience des autres, la tâche serait d’autant plus compliquée. Un des principes en permaculture dit que « 1 + 1 = 3 » signifiant qu’à l’addition de deux personnes s’ajoute l’expérience de chacun mise en commun. Ce principe prend tout son sens dans notre situation et nous vous invitons à ouvrir les yeux et apprécier à tout instant que ce que nous pouvons apprendre les uns des autres.

Cette nouvelle semaine à Port-au-Prince s’annonce bien ! Nous nous réjouissons d’avoir notre voiture Gloria à nos côtés ce qui simplifiera nos va-et-vient et nous permettra d’aller à la recherche de matériaux, outils et autres besoins pour notre future maison !

Nous vous souhaitons une belle semaine et vous remercions pour vos messages d’encouragement et nous réjouissons de partager davantage avec vous tous !

Olivia & David

Créations de Gary Pierre-Charles (plus de photos sur notre page Facebook Permayiti):




 

© 2017 PERMAYITI

Gestion des déchets

Même si la gestion des déchets n’est pas au cœur de notre plan de production, il est important de mentionner les actions qui seront réalisées. D’une part, d’un point de vue permaculturel, le recyclage a une place bien ancrée dans la cercle vertueux d’une exploitation agricole et d’autre part, étant donnée la situation écologique très critique de l’île et la direction prise récemment par l’état, il est primordial de sensibiliser la population du village à la gestion des déchets. En effet, l’insalubrité battant son plein en Haïti, le Ministère de l’Environnement, soutenu par de nombreuses entreprises privées, a pour objectif de développer une stratégie globale pour tout d’abord sensibiliser le peuple à la gestion des déchets et par conséquent à la protection de l’environnement et redéfinir le cadre légal régissant le secteur de l’assainissement. (Le Nouvelliste, 2017) Néanmoins, l’eau potable n’étant pas courante en Haïti, nombreux sont ceux qui ont recours à des bouteilles en PET ce qui leur assure de ne pas s’exposer à certaines maladies telles que le choléra. En conséquence, ce sont parfois des amas de bouteilles PET qui jonchent le sol et polluent les cours d’eau, la faute au manque de conscience écologique, de ressources étatiques ou encore de législations.

Dans le cadre de notre exploitation, nous :

  • Limiterons les déchets plastiques et non-recyclables.
  • Composterons puis réutiliserons les déchets organiques de la cuisine et des toilettes sèches comme engrais.
  • Utiliserons des récipients en verre réutilisables dans le respect de l’hygiène (stérilisation).

Nous souhaitons également travailler de corps avec la population afin de mettre en place une déchetterie locale et ainsi débarrasser le village de ses ordures, sensibiliser les gens de tout âge face à cette problématique et les familiariser avec ce principe permacole selon lequel rien ne se perd, tout se transforme.

Haïti est une île magnifique et mérite d’être préservée, c’est pourquoi la gestion des déchets est un des piliers capables de redynamiser le tourisme et pourquoi pas l’écotourisme.

Photo: The Amnesty International USA Blog

© 2017 PERMAYITI